Aides pour jeunes parents

La venue d’un bébé engendre des dépenses assez importantes pour des jeunes parents. Heureusement, ces derniers peuvent depuis quelques années bénéficier de plusieurs aides et allocations financières pour accueillir le nouveau-né.

La prise en charge lors de la grossesse

Tout au long de la grossesse, la jeune mère peut bénéficier d’une prise en charge à 100 % de ses consultations mensuelles, examens médicaux et échographies systématiques par la Sécurité Sociale.

Le Revenu de Solidarité Active (RSA)

Parmi les aides financières pour les jeunes parents, le RSA est octroyé aux parents sans ou à faibles ressources financières, quelle que soit leur situation (stagiaires, étudiants, élèves)....





Pour en bénéficier, ils doivent soumettre une demande à la CAF, et pour les moins de 25 ans, la mère doit en outre présenter une déclaration de grossesse. Dès lors que la demande acceptée, ils perçoivent les premiers versements.

L’Allocation Mensuelle d’Aide Sociale à l’Enfance (AMASE)

Cette forme d’aide financière pour jeunes parents concerne les parents en grave difficulté financière. Elle peut être allouée dès les premiers mois de grossesse ou après la naissance de l’enfant. Son montant dépend des départements.

L’aide financière individuelle de la Sécurité Sociale

Ce type d’aide peut être attribué aux jeunes parents qui présentent des problèmes de santé. Elle est aussi appelée « prestation supplémentaire » et représente un budget spécifique auprès de la Caisse d’Assurance Maladie.

Les allocations de la part de la Caisse d’Allocations familiales (CAF)

Pour bénéficier des différentes aides financières pour les jeunes parents venant de la CAF, la grossesse doit y être déclarée avant le début du 15e mois. Elles concernent :

  • la Prestation d’accueil du jeune enfant (Paje) : elle comprend l’allocation de base, la prime à la naissance et le complément de libre choix du mode de garde. La première aide, qui s’élève à 182,43 €, est versée tous les mois pendant les trois premières années de l’enfant. La deuxième est touchée au septième mois de grossesse uniquement pour un montant de 912,12 €. La dernière prend en charge jusqu’à 85 % des frais de baby-sitting ou de crèche de votre enfant jusqu’à ses 6 ans.
  • l’allocation de soutien familial : elle est octroyée à tout parent qui élève son enfant tout seul, son montant est de 89,34 € par enfant de moins de 21 ans.
  • l’allocation de rentrée scolaire : elle varie de 356 à 388 € jusqu’à ce que votre enfant ait 18 ans, elle est destinée à alléger les frais de rentrée scolaire.
  • l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (Aeeh) : en cas de handicap, d’accident ou de maladie grave de l’enfant, les jeunes parents bénéficient de cette forme d’aide. Selon la gravité du handicap, une majoration complètera le financement.

En France, être jeunes parents ne représente plus forcément une source de galère financière. En effet, les aides et allocations financières pour accompagner le développement du bébé leur sont désormais accessibles.

Autres aides pour les jeunes :
L’Aide Financière pour Jeune (AFJ)
Jeune majeur
Jeune mineur
Jeune sans emploi
Jeune diplômé
Jeune actif
Jeune femme enceinte
Jeune créateur d’entreprise

Photo par wistechcolleges (Creative Commons)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *