Calculer le retour sur investissement en marketing

Le marketing est une notion qui prend de plus en plus d’ampleur et ne se contente plus de promouvoir une marque, mais aussi de partir à la conquête de clients potentiels, la fidélisation de l’ancienne clientèle, la génération de leads, le positionnement sur le marché, entre autres. Le marketing en tant qu’action centrée sur le client vise surtout la rentabilité et l’optimisation des profits de la société et l’augmentation de sa part du marché. Ceci garantit la survie et le développement de la société. C’est dans cette vision que les chefs d’entreprises prévoient d’importants fonds pour le budget marketing, et c’est ce qui amène à se demander si un investissement marketing est rentable.

Voilà une question qui trouve sa réponse dans des calculs et des estimations financières plus au moins compliqués dont le plus pertinent est...





le retour sur investissement (RSI), connu également sous le nom de ROI (Return on Investment). C’est un indicateur qui permet d’évaluer la pertinence de débloquer des fonds pour financer un projet. De ce fait, il met en rapport l’argent gagné ou perdu et le montant initialement investi, d’où la formule suivante : RSI = (Revenu – Coût) / Coût x 100.

Pour un investissement marketing, le retour sur investissement, dit ROMI, vise à anticiper le retour des futures dépenses de marketing en plus d’analyser et d’améliorer le retour des campagnes et des projets marketing. Il fournit donc une base pertinente pour tirer des enseignements des activités passées et ajuster le tir des programmes actuels, en plus de prendre des décisions relatives aux actions futures, de telle façon à atteindre les objectifs de la société et rester en harmonie avec sa vision et sa stratégie à moyen et long terme.

Généralement, le ROMI se calcule d’une part en additionnant les coûts (les salaires, les logiciels d’analyse marketing, les études de marché), et d’autre part, en évaluant les gains et les économies sur une durée déterminée. On déduit par la suite la somme des coûts à la somme des gains et l’on rapporte le tout aux coûts engagés. Si les coûts sont plus ou moins faciles à estimer, pour les gains, c’est un peu plus délicat, car la plupart du temps, il s’agit de gains non monétaires.

Le ROI marketing peut intervenir à un niveau macro-économique pour un programme ou un plan de marketing, ou à un niveau micro-économique, comme dans le cas d’une campagne promotionnelle, un support ou un service. Au niveau macro-économique, il faut juste cumuler les ROMI au niveau microéconomique des campagnes. Donc, il faut ramener le ROMI à la plus petite échelle possible. Voilà où le calcul est le plus difficile à faire. Cependant, on peut opter pour un calcul plus simplifié en déduisant les différents coûts de la campagne marketing des revenus des ventes de la période de ladite campagne, puis diviser le montant obtenu sur les coûts engagés. Il est à noter que dans ce genre de calcul, on ne tient pas compte de l’impact fiscal, ni de la volatilité des prix.

Les marketeurs ont un vrai défi à relever. Il s’agit d’améliorer le retour sur investissement marketing en évaluant la performance de leurs actions marketing et en mesurant leur efficience sur le plan financier. En fait, les actions marketing comme les tests publicitaires, les études d’images, les analyses d’attitudes, ainsi que les actions promotionnelles tactiques ont un fort impact sur le retour sur investissement. À ce niveau, il faut essayer non pas seulement d’augmenter les ventes, mais également de réduire au maximum les frais et charges engagés, de telle façon à optimiser le rapport ROMI.

Le retour sur investissement marketing est un indicateur très pertinent pour approuver ou réfuter des plans marketing. Il présente plusieurs particularités dont la plus marquante est l’estimation la plus exacte possible des recettes, ainsi que des coûts. Puis, si ce retour sur investissement s’avère judicieux pour les responsables marketing, il l’est encore plus pour les chefs d’entreprises et les décideurs, car il s’agit pour eux d’un paramètre financier qui les aide à décider d’engager leurs fonds ou non dans un projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *