Calculer la rentabilité d’un placement

Dans une quête de sécurité financière, de plus en plus de personnes font des placements soit immobiliers, soit financiers. Dans la majorité des cas, on opte pour un placement sûr, avec le minimum de risque possible, à l’instar du placement épargne, assurance vie, et autres investissements du même calibre. À l’opposé, on boude les placements à haut risque comme le placement boursier, qui reste volatile et imprévisible.

Si l’on opte pour un placement, c’est surtout pour s’assurer une certaine sécurité financière. C’est dans cette perspective qu’il vaut mieux réaliser une évaluation du rendement et de la rentabilité du placement avant tout engagement. Généralement, on distingue entre les placements à court terme (comme le livret...





d’épargne, LDD, compte épargne, entre autres) qui sont moins rentables financièrement, mais ne présentent pas de risques majeurs, tandis que les placements à long terme (comme le placement en or, le placement boursier, etc.) sont beaucoup plus rentables, mais s’accompagnent également de certains risques qu’il faut minimiser au maximum, et qui sont liés à la fluctuation des prix, le taux d’inflation, la stabilité économique et politique du pays, entre autres. Voilà pourquoi il est plus judicieux de procéder intelligemment lors du choix des placements, et il est plus intéressant de varier le type des placements ainsi que leur durée pour prévoir toute surprise.

En vue de se décider en matière de placement, on peut évaluer sa rentabilité financière, et ce en calculant différents indicateurs de rentabilité et de rendement. La capitalisation des intérêts d’un placement peut donner une idée assez précise sur le montant final du placement à percevoir après une certaine période et à un taux d’intérêt donné. La formule du calcul du montant final d’un placement se présente comme suit : montant capitalisé = capital initial x (1+taux d’intérêt) durée. Grâce à cette formule, on saura quel est le montant à percevoir à la fin d’une durée prédéfinie qui peut être exprimée en années ou en mois. Cette même formule peut aider à calculer la durée nécessaire pour atteindre un montant capitalisé donné à un taux fixe.

On peut affiner ce calcul en tenant compte du taux d’inflation annuel pour détenir une estimation plus réelle du taux d’intérêt et donc de la capitalisation des intérêts sur une période donnée. Cela dit, la capitalisation n’est pas le seul indicateur même s’il est souvent le plus sollicité. On peut également utiliser le rendement annuel moyen net, qui donne un aperçu sur le montant à percevoir en moyenne sur une année, tout en tenant compte de l’inflation.

D’autres outils peuvent être utiles dans le calcul d’un placement, qui prennent en considération les particularités de chaque type de placement, pour offrir une meilleure visibilité sur les opportunités offertes en matière de rendement et de rentabilité sans omettre pour autant les risques que représente chaque type de placement et qui vont de pair avec sa rentabilité financière et sa durée de vie. De ce fait, plus le placement est risqué et donc se place à long terme, plus il s’avère rentable. Alors que plus il se place à court terme, plus il présente de sécurité donc moins ou pas de risques, mais avec moins de rendement. Il est nécessaire de rappeler qu’il est plus avisé de varier les placements selon leur durée, leur risque et leur rentabilité, pour disposer de fonds sûrs à court terme, mais également pour bénéficier de la profitabilité du placement à long terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *